Les voies ferrées de 0,60 m.                                         

 

    Le saviez - vous .

 

Depuis toujours , les guentrangeois avaient l'habitude de se promener dans leur forêt toute proche , et un chemin mène , entre autre , du Crêve - Coeur , à travers bois , jusqu'à la Croix Hépich , endroit connu de tous les guentrangeois , et d'où l'on peut accèder au parcours de santé actuel d'Elange . Mes  grands - parents me disaient , qu'étant jeunes , un petit train circulait tout à côté de la Croix Hépich . Et savez vous que ce petit train empruntait une partie de l'actuel parcours de santé , que de nombreux thionvillois fréquentent tous les jours .

 

    Un peu d'histoire .

 

Nous savons tous que de nombreux ouvrages militaires ont été édifiés entre 1930 et 1940 le long de nos frontières du Nord-Est de notre pays , c'est ce que l'on appelle la Ligne Maginot .

Plusieurs de ces gros ouvrages sont encore visibles , entre autres , au nord de Thionville , citant Rochonvillers , Molvange , Soetrich et Cattenom . Ces forts étaient reliés et ravitaillés en munitions depuis un dépôt arrière , situé à environ une vingtaine de kilomètres de ceux ci . Celui qui nous interresse était dans la forêt de St Hubert à proximité de Richemont . Quatre cents hommes de la 3è compagnie du 221è bataillon du 15è génie étaient chargés de son exploitation . Et tous ces forts furent raccordés entre eux par un réseau de voies ferrées de 0,60 m ( ce sont les voies de la fortification ) .

Je vais vous raconter l'histoire de cette voie ferrée qui passait tout près du village . C'est du dépôt de munitions du bois St Hubert que ces trains partaient , en principe constitués d'un locotracteur pétroléo-électrique blindé CROCHAT ou PECHOT à charbon et de trois wagons plates-formes pour le transport de munitions , ou wagonnets pour le transport de matériaux . Les locos PECHOT étaient utilisées pour descendre les wagons vides vers le dépôt , car trop visibles de l'ennemi avec le pannache de fumée qu'elles formaient . Ces convois avaient une capacité de 30t . Le terminus de cette voie était l'ouvrage du Kobenbusch dans la forêt de Cattenom . Pendant plusieurs années ces petits trains circulaient à travers nos campagnes , de jour comme de nuit . Parfois ils servaient aux transport de permissionnaires , afin de les rapprocher d'une gare , et même à certains militaires pour aller voir une projection de cinéma à Hayange .

Le traçé de cette voie de chemin de fer est encore visible de nos jours . Elle serpente à travers champs , depuis la sortie d'Elange vers Hettange-Grande , et en bordure de forêt en piste cyclable jusqu'au parking du parcours de santé . Le parking du parcours de santé était un garage d'évitement où deux trains pouvaient se croiser , et de stockage de munitions . Ensuite la voie suit une partie du parcours de santé , des ouvrages de génie civil en témoigent , pour enfin s'enfoncer dans la forêt , passer en bordure de la Croix Hépich et aller dans la forêt privée de La Grange , qui est encore de nos jours délimitée par des barrières . Il suffit de suivre le ballast qui subsite , pour aller jusqu'à Hettange -Grande et enfin Cattenom , par contre les rails ont été retirés par l'armée allemande .

Enfin la route qui relie Elange à Hettange-Grande , la D14A , était route militaire , interdite à toute circulation automobile civile , et ce n'est qu'à la fin des années 1960 , qu'elle fut rendue à l'administration . Son traçé sinueux s'explique , il était difficile à l'aviation ennemie de bombarder un convoi sur ce type de voirie.

Une fois l'armistice signé , les forts furent vidés de leurs soldats francais , la Ligne Maginot inutile et les voies 0,60 m démontées .

Les premières voies ferrées 0,60 m furent déjà utilisées lors de la première guerre mondiale et c'est le colonel Jean PLASSIART , lors de son passage au " Grand Quartier Général des Armées qui fut l'un des grands instigateurs des voies 0,60 et qui par son travail et ses initiations , fut l'un des acteurs de la victoire finale . Le colonel Jean Plassiart était le fils de Louis-Julien PLASSIART , également militaire , qui est né à Guentrange et qui habita , entre autre , le château du HOFF . Une tombe se trouve toujours sur le cimetière de Guentrange .

 

Je tiens à remercier M. Robert VAROQUI , membre historique et écrivain de l'AMIFORT du HACKENBERG pour le prêt de documents et de photos relatifs à cette époque .