Le vin de Guentrange

 

- La vigne , l'élément moteur de la création de notre village .

        Mr Riston , ingénieur agronome , écrit dans sa " Contribution à l'histoire de la vigne et de sa culture dans la région lorraine  : la vigne existait selon toute apparence en Lorraine , à l'état sauvage , au moment ou l'homme y fit sa première apparition pendant la première époque glacière ". Ainsi , lorsque les premiers  Romains arrivent dans la vallée de la Moselle vers 60 ans après J-C , ils y trouvent des vignerons cultivant à flanc de coteaux , des cépages primitifs depuis le 3è siècle avant J-C.

Avec la Pax Romana de 70 à 192 après J-C , le vignoble va prospérer , surveillé par quelques grandes propriétés . En 1858 , l'une d'elles , située entre l'actuel Chemin des Pâtures et la rue Château-Jeannot , a révélé ses secrets aux archéologues : débris de céramiques , puits antiques , ustensiles , nombreuses médailles , mais surtout 120 amphores attestant de l'importance du commerce viticole de l'époque . La culture de la vigne va se développer notamment à partir de 281 après J-C lorsque Probus , alors empereur , permet aux gallo-romains de replanter de nouveaux cépages venus de Sicile , Grèce , Afrique qui contribueront à l'établissement définitif des différentes variétés de pieds de vigne jusqu'en 1914 . En 1867 , Charles Abel , archéologue résidant à Guentrange , découvre des pièces de monnaie en bronze , dont plusieurs à l'effigie de Probus . Ces vestiges , découvers pour la plupart au 19è siècle , témoignent de la présence de villas gallo-romaines dispersées et non d'une bourgade concentrée . La vigne a été en somme l'infrastructure de tout le passé de Guentrange . Elle a été le témoin , voire la nécessité de sa création . La vigne a fait la renommée de notre coteau jusqu'en début du siècle dernier .

 

- Le vignoble de Guentrange à travers les siècles .

        De par sa situation sur un grand couloir naturel de communication , la région thionvilloise , dont Guentrange fait partie , a subi de nombreuses invasions barbares , mais le vignoble a toujours été épargné . Et c'est vers le début du 11è siècle , le pays de Thionville devenait possession du Conté de Luxembourg , puis du Duché de Luxembourg . Notre région allait en épouser les gloires et les revers jusqu'en 1659 où elle revint à la France par le Traité des Pyrénées .

Les Comtes de Luxembourg et les bourgeois citadins ne sont pas les seuls propriétaires du vignole guentrangeois au 14 siècle . Dès le 12è siècle , par le biais des donations , une partie du vignoble va devenir propriété de communautés religieuses , abbayes et monastaires . Les moines , très instruits pour l'époque , sélectionnent les cépages et améliorent la qualité du vin . Ces bonifications profitent aux vignerons voisins des établissements religieux et notamment à ceux de Guentrange où trois abbayes , un couvent et un monastère verront le jour à partir du 12è siècle :

_ L'abbaye de Villers - Bettnach située au lieu-dit Griesberg , actuel Crêve-Coeur

- L'abbaye des Religieuses de Differdange , au lieu-dit Kloepchen , près du Chaudebourg

- Le couvent des Claristes -Urbanistes du Saint-Esprit du Luxembourg fondé en 1140 à Haute Guentrange

- L'abbaye Notre-Dame de Munster du Luxembourg à Basse Guentrange

- Le monastère de Marienthal du Luxembourg , au lieu-dit Nonnenschauer , au Val-Marie .

Puis dès le 16è siècle , la bourgeoisie de Thionville commence à posséder une bonne partie du vignoble . Et la Révolution frappera les grandes propriétés , patrimoine des ordres religieux , elles seront démantelées au profit de la bourgeoisie . La Révolution de 1789 , puis l'Empire ne firent que consacrer l'avènement politique d'une classe bourgeoise qui avait conscience depuis longtemps de détenir déjà la puissance économique . Menée par la bourgeoisie , la Révolution prend une législation qui favorise le producteur , petit ou grand : la loi du 12 juin 1791 permet au viticulteur de choisir à son gré les cépages ; c'est peut être une solution de  facilité qui permet d'introduire des grosses races plus résistantes aux gelées . En produisant des vins de "cabaret" aux dépens des bons vieux crus plus fins , la vente est assurée d'autant que les guerres de la Révolution et de l'Empire vont faire de l'armée un client commode et considérable dont les besoins sont illimités .

Ainsi commençait le 19è siècle et l'âge d'or du vignoble de Guentrange , mais la dernière grande époque avant la chute .

 

- L'ère des notables .

        A partir du 18è siècle , le guentrangeois est encadré par les notables venus s'établir au milieu du vignoble mais se réfugiant à l'intérieur de la forteresse qu'est Thionville , dès les premières lueures guerrières . A la veille des hostilités de 1870 , le village de Guentrange reste un faubourg vigneron de Thionville . Au 16è siècle , le village ne compte que quelques chaumières autour des dépendances de la noblesse . Des maisons de vignerons viennent s'aligner le long de l'actuelle rue Guérin de Waldersbach à Basse Guentrange .

Au 17è siècle dans la partie haute du village , se constitue un noyau d'habitations autour de la chapelle qui laissera place à l'église de Guentrange consacrée en 1867 par Monseigneur Dupont Des Loges , évêque de Metz .

Au 18è siècle , la rue Guérin de Waldersbach et la Montée du Calvaire prennent leurs aspect définitifs , à savoir une succession de maisons accolées les unes aux autres .

Cette mutation de propriétés serait incomplète si on n'y ajoutait pas un autre élément important : en place de quelques maisons ou propriétés plus cossues des siècles antérieurs , un gros village est maintenant installé au pieds des vignes . Ce développement humain nécessita la création , par la paroisse de Thionville , d'une annexe avec vicaire résident à Guentrange , poste occupé par exemple à partir de 1784 par Mathias Pacquin . Et en matière de scolarité , c'est en 1858 que fut acheté par la ville la propriété du Baron Laydecker à Haute Guentrange dont les trois maisons furent aménagées , en salle de classe et en presbytère pour celle du milieu . Et les propriétaires au cours du 19è siècle sont à Basse Guentrange : Guérin de Waldersbach , Franck-Stourm , Goedert , à Haute Guentrange  : Abel , Aubertin , au Chaudebourg : Baur , au Crêve-Coeur et Donnerschauer : Loewenbrück , Thiriat , Daubrée , De Nonencourt et à Marienthal : Spire et Pêcheur . 

Mais l'humble vigneron avait des conditions de vie très modestes . Sa nourriture était composée surtout de légumes et de lard , pommes de terre , et tous les repas sont accomodés à la graisse et on y ajoute du fromage blanc . Le pain , de bonne qualité , il le fait cuire lui-même , soit au four public . Le vigneron ne boit pas de vin à table , mais dispose d'eau , de poiré ou de café (orge grillée) . Et si ses conditions financières le lui permettent , il achète ou loue un arpent de vignes . On le soulignera jamais avec assez de force , le courage inlassable de ceux qui , pourtant au soi-disant "bon vieux temps" , dans une existance  rude , versèrent tant de sueurs sur le coteau de Guentrange .

 

- La décadence du vignoble .

        Le déclin du vignoble a commencé à la fin du 19è siècle . Divers facteurs vont se conjuguer et mener lentement la culture de la vigne à sa disparition . Les maladies et les parasites , le phylloxera en particulier , vinrent ajouter leurs méfaits aux heures et malheurs d'une climatologie peu commode . Vers 1860 se pose le problème des débouchés : durant des siècles la récolte est absorbée par la consommation locale , seuls les surplus des meilleurs années sont exportés . La révolution des transports , (chemin de fer à Thionville en 1854) , la révolution agricole (monoculture de la vigne dans le Languedoc dont les vins de bons marchés innondent la France) , le libre échange , cher à Napoléon 3 à partir de 1860 , marquent la fin de l'âge d'or du vignoble mosellan en général . L'ère de l'industrie massive commence à Thionville avec les hauts-fourneaux du Gassion ; la main d'oeuvre des tâcherons va commencer à lâcher le travail ancestral de la vigne , une nouvelle époque débute , l'ère du vignoble est terminée . Je rappelle que la surface de vignoble était de 110ha sur Guentrange .

Quelques guentrangeois tenaces concoivent le maintien d'un petit vignoble de très haute qualité et fournissent en vins originaux la gastronomie lorraine . Mais un terrible orage en août 1924 saccage les derniers 20ha de vigne .

On peut se demander plutôt pourquoi ces vignerons , avec des moyens techniques qui n'avaient évolué que très lentement depuis les gallo-romains , s'accrochaient jusqu'à la limite des forces à un métier à la fois très spécialisé , très délicat par certains travaux et très rude physiquement par d'autres , très aléatoires dans ses résultats : c'est que tout simplement la vigne était leur seule grande ressource , une sorte de nécessité implacable , en un mot leur raison de vivre .  

 

 - La vigne , réglementation en matière de production .

        Pour le législateur , le raisin de table n'est pas considéré comme un fruit . Il est soumis , comme le raisin de cuve , aux réglements découlant du Code du vin . Datant de 1936 , celui-ci a subi de très nombreuses modifications , en particulier au cours de la mise en place du Marché Commun ; aussi est il devenu très complexe .

Par arrêté du 23 novembre 1954 , les propriétaires d'une exploitation comportant au minimum un are ou 40 pieds sont astreints à une déclaration auprès de l' Institut du vin de consommation courante . La plantation d'une nouvelle vigne , quelle que soit la destination du raisin , n'est pas libre . La possibilité de planter ou de déplanter de la vigne est conditionnée à la détention des droits de plantation ou de replantation pour une superficie équivalente à la surface plantée . Le décret du 30 septembre 1953 autorisait la plantation ou le complément de plantation à des fins de consommation personnelle , à condition que la surface totale plantée en vigne sur l'ensemble de l'exploitation ne soit pas supérieur à 25 ares . Ce décret a été abrogé en 1980 et depuis toute plantation est interdite sauf dérogation . Les Services de la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects sont chargés du contrôle de cette interdiction . Mais à titre dérogatoire , la présence de la vigne à titre ornemental , sous forme d'une treille , et à condition que la treille ne soit constituée que d'un seul pied est tolérée . Il est donc possible de cultiver une vigne non classée en tant que variété de cuve ou de table . 

 

 - Les cépages .

        Il y a , en France , plus de 6000 variétés ou cépages , de " vitis viniféra " ( l'espèce qui sont greffés sur des plants américains qui résistent au puceron phylloxéra ) , de vigne cultivée pour le vin et le raisin de table . L'encépagement français s'est profondément modifié en 20 ans : merlot , carbernet -sauvignon , cabernet- franc , pinot , syrah et chardonnay-sauvignon progressent fortement .

Le riesling est cultivé dans l'Est de la France , le chardonnay est à l'origine de toutes sortes de vins dont le champagne et les grands bourgognes blancs . Le pinot noir est la spécialité du vignoble bourguignon . Le merlot souvent associé au carbernet sauvignon pour former le bordeaux et la syrah est très cultivée en vallée du Rhône .

A Guentrange les coteaux étaient plantés , entre autre , de riesling , pinot , gamay rouge , meunier rouge , blanc de Lierch .. Le riesling produit à Guentrange en 1911 était le plus cher de Moselle . Enfin en 1878 , en Moselle , il y avait 6256 ha de vignes , dont 110ha à Guentrange . En 2020 , les vignerons mosellans espèrent pouvoir cultiver 90ha sur toute la Moselle .

 

 - Le cycle de la vigne .

        - Les travaux dans la vigne exigent un travail précis , rigoureux tout au long de l'année .

    - Janvier et Février : les bourgeons apparaissent . Il faut tailler les ceps pour améliorer la qualité , car la taille a pour but de limiterle nombre de bourgeons afin d'adapter la production de chaque cep à sa vigueur . Elle permet aussi de limiter l'allongement des rameaux afin de ralentir le vieillissement du cep , et de maintenir son système végétatif dans un volume raisonnable . Les formes et types de taille sont fonction des régions , du climat et des cépages .

    - Mars : les bourgeons éclatent , il faut labourer la terre pour permettre le désherbage et enrichir les sols .

    - Avril : Les feuilles apparaissent . Il faut sélectionner les bourgeons à fruits et éliminer les autres , et toujours poursuivre traitements et travail des sols .   

    - Mai et juin : c'est la floraison . C'est à cette période que se pratique l' épamprage . Il s'agit d'éliminer le long du tronc les repousses non fructifères qui détournent la sève au détriment des fruits . Il suffit de faire tomber les pampres en les cassant avec une pression du doigt . La vigne est  si vigoureuse à cette époque qu'elle produit du bois et des feuilles qui n'ont aucune utilité et vivent au détriment des grains en cours de formation . Pour mettre toutes nos chances de notre côté , il faudrait tailler tous les rameaux porteurs de grappes à 2 feuilles au dessus de celles ci . Les rameaux de remplacement seront écourtés de 6 à 7 feuilles et toutes les autres productions inutiles , comme les vrilles , doivent être supprimées , c'est l'écimage . Et c'est cent dix jours environ après la floraison qu'ont lieu les vendanges , après bien sûr avoir vérifié la teneur en sucre et les acidités des fruits .    

    - Juillet : Les fruits apparraissent . Il faut maintenant rogner , ( c'est à dire raccourcir les rameaux , enlever les gourmands ) et effeuiller pour que les grappes soient bien ensoleillées .

    - Août : Le raisin est formé et se charge en sucre ; il prend sa couleur spécifique .

    - Septembre / octobre : le raisin est mûr . C'est le moment des vendanges et cette année celles ci débuteront autour du 20 septembre suivant la maturité des différents cépages . Les vignerons qualifient la récolte 2014 de très prometteuse .

C'est ainsi que se termine le cycle annuel de production du raisin , environ dix mois ; maintenant le raisin se consomme comme un fruit de table sinon il ira dans un chais ou une coopérative en vue de sa vinification .